Ce que la prévention de la radicalisation fait aux acteurs de l’Etat social : Enquêtes sur la mise en œuvre d’une nouvelle politique publique 

Journée d’étude SAGE – ANR RIGORAL, Université de Strasbourg

 

Salle de la table ronde (MISHA) – 4 et 5 juin 2019

Organisatrices : Claire Donnet (cdonnet@unistra.fr), Lili Soussoko (lili.soussoko@hotmail.fr)

 

 

 Mardi 4 juin 2019

 

14h-15h30 – Session 1 : L’émergence d’une nouvelle « zone grise » : les pratiques de prévention chez les professionnels du social, entre détection et accompagnement

 

« Les pratiques du signalement de la “radicalisation” en prévention spécialisée : une approche pragmatique », Thomas MATTEI, doctorant en sociologie, LIER, EHESS.

 

« Pratiques des professionnels de l’intervention sociale dans le cadre de la prévention de la radicalisation », Limam WAJDI, doctorant en sociologie, CRESPPA GTM, Université Paris 8 – IRN.

 

Discutant : Bruno MICHON, docteur en sociologie, chargé de recherches et de développement à l’ESEIS, chercheur affilié DYNAME, Université de Strasbourg.

 

 

15h30 – Pause-café

 

 

15h45-17h15 – Session 2 : Prévention de la radicalisation et équilibres locaux 

 

« Les villes et la prévention de la radicalisation : une nouvelle catégorie d’intervention municipale entre mobilisations et résistances institutionnelles », Quentin DEGRAVE, doctorant en science politique, CESSP, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 

« Une entreprise collective et conflictuelle. La définition du risque de radicalisation par les acteurs de la politique locale de prévention », Lili SOUSSOKO, doctorante en science politique, SAGE, Université de Strasbourg.

 

Discutant : Romain SEZE, docteur en sociologie, chargé de recherches à l’INHESJ, chercheur rattaché au Groupe sociétés, religions et laïcités (CNRS-EPHE).

 

 

 

18h-20h en Salle de conférence

Prévenir la violence djihadiste. Les paradoxes d’un modèle sécuritaire 

Conférence de Romain SEZE, docteur en sociologie, chargé de recherches à l’INHESJ, chercheur rattaché au Groupe sociétés, religions et laïcités (CNRS-EPHE).

 

 

Mercredi 5 juin 2019

 

10h-11h30 Session 3 : Répondre à une demande de la Justice : les professionnels face à la prévention de la radicalisation

 

« L’évaluation du “danger de radicalisation” dans l’aide à la décision judicaire : du raisonnement familialiste à la normalisation des croyances religieuses chez un opérateur associatif agréé par le Ministère de la justice », Claire DONNET, docteure en sociologie, SAGE, Université de Strasbourg.

 

« Lutter contre la “radicalisation” des mineurs judiciarisés au sein de la Protection Judiciaire de la Jeunesse : enjeu national, interprétations locales », Clément BEUNAS, doctorant en sociologie, CLERSE, Université de Lille.

 

Discutant : Jérémie GAUTHIER, maître de conférences en sociologie, DYNAME, Université de Strasbourg, chercheur associé au Centre March Bloch.

 

 

11h30 – Conclusion 

Anne-Sophie LAMINE, professeure de sociologie, coordinatrice de l’ANR RIGORAL, SAGE, Université de Strasbourg.

 

 

Conférence : “Les questions qui fâchent : religions intensives et radicalités religieuses”, Valérie Amiraux

 

 

Conférence-débat avec Valérie Amiraux, professeure de sociologie à l’Université de Montréal, ” Les questions qui fâchent : religions intensives et radicalités religieuses dans des sociétés plurielles (France-Québec)”, le mardi 3 juillet à 18h, Amphithéâtre du collège doctoral européen, 46 Bd de la Victoire (entrée libre).

 

 

Religiosités intensives, rigorismes et radicalités (présentation du projet ANR RIGORAL)

En février 2017, le fichier de traitement des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), créé par décret en mars 2015, comptait 11 820 signalements, collectés soit de manière centralisée par l’intermédiaire du « numéro vert », soit par les états-majors de sécurité départementaux préfectoraux. Les services de renseignements sont alors chargés d’évaluer le degré de radicalisation et le niveau de dangerosité des personnes signalées. En cas de « radicalisation avérée » une prise de contact est réalisée par un service participant aux cellules départementales de suivi de la radicalisation et d’accompagnement des familles (instaurées par l’instruction du 29 avril 2014) afin de lutter contre « l’engagement radical violent. Une grille d’indicateurs de basculement dans la radicalisation, élaborée de façon interministérielle par le SG-CIPDR (Secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation), est désormais uniformément employée par les écoutants de la plateforme téléphonique aussi bien que par les services de renseignement et les préfectures au niveau territorial.

La réponse étatique à ce phénomène comporte aussi un volet préventif de lutte contre la radicalisation. Alors que certains jeunes sont réellement dans un type de croyance radicale (ou plus précisément extrémistes violentes) les menant à justifier l’action violente, beaucoup d’autres sont dans une croyance intensive, souvent rigoriste, mais ne justifient aucunement cette violence.

Si la détection et la prise en charge des premiers est une difficulté réelle et un enjeu de poids pour la société, il n’en reste pas moins que la distinction entre les personnes potentiellement disposées à la violence (ou du moins à son approbation) et celles qui recherchent simplement une voie religieuse ascétique — dont la forte intensité est souvent temporaire — au sortir de l’adolescence est un enjeu à la fois scientifique et social auquel l’équipe du projet RIGORAL entend contribuer, en plus d’une analyse des ressources et processus d’intensification rigoriste et de radicalisation (au sens d’une orientation vers l’extrémisme violent) en tant que tels.

Si le terme de croyance recouvre des significations plurielles en sociologie des religions, des recherches ont mis en évidence l’importance de prendre en considération le caractère discontinu et fluctuant du croire (par ex. celles d’Albert Piette) ainsi que la compatibilité entre religion intensive et reconnaissance citoyenne de l’altérité (par ex. celles de Jeanette Jouili). La radicalisation religieuse apparaîtrait alors comme la négation de la possibilité du croyant à négocier et à ajuster ses croyances, de même qu’à les interroger ou en relever les contradictions.

Afin d’éclairer les enjeux sociaux qui se tissent aujourd’hui autour de la compréhension de la radicalisation religieuse de jeunes français, notre équipe se propose de travailler à la fois sur le rigorisme religieux et sur la radicalisation, et ce de manière interdisciplinaire (chercheur-e-s en sciences sociales et en psychologie) alliant des compétences en sociologie, anthropologie, sciences politiques, analyse filmique, psychanalyse, psychopathologie clinique, langue arabe et islamologie.

—–

L’équipe RIGORAL

Coordinatrice scientifique et responsable du pôle Sociologie, Anne-Sophie LAMINE, PR, Sociologue, Université de Strasbourg, SAGE (CNRS-UdS)

Coordinatrice adjointe, Claire DONNET, Post-doc, Sociologue, Université de Strasbourg, SAGE (CNRS-UdS)

Responsable du pôle Analyse vidéo, Cécile BOËX, MCF, Politiste, EHESS, CéSor (CNRS-EHESS)

Responsable du pôle Psychologie, Patricia COTTI, MCF HdR, Université de Strasbourg, SuLiSoM (UdS)

Responsable du pôle Travail social, Bruno MICHON, Chargé de recherche, ESTES (École supérieure en travail éducatif et social de Strasbourg)

Analyse des motifs religieux et de leur formalisation, Hichem FEKIR, sociologue et islamologue, Université de Strasbourg, SAGE (CNRS-UdS)

Analyse des mécanismes portant à investir une vision radicale de la religion, Charles ETIENNE, Psychologue, Université de Strasbourg, SuLiSoM (UdS)