Projet d’ouvrage (2) : présentation par chapitre

Introduction. « Séparatisme, radicalisation : les mots et leurs contextes », Anne-Sophie Lamine et Bruno Michon

Dans ce chapitre introductif, on introduit d’abord les mots du séparatisme et de la radicalisation, en situant leurs évolutions sémantiques dans une chronologie qui va de l’antiterrorisme au séparatisme, en passant par les diverses étapes de d’action étatique de lutte contre la radicalisation. On présente le contexte politique et médiatique propice aux surenchères sécuritaires, le climat d’inquiétude entretenu à l’égard de la religion visible qui s’allie aux demandes d’interprétations plus restrictives du principe laïcité et s’opère dans une inculture du fait religieux (comme chez nos voisins européens) aussi bien dans la population générale, que parmi les acteurs politiques, médiatiques ou sociaux. On posera ensuite des éléments empiriques permettant de discuter de la réalité sociale de ces termes, à partir d’indicateurs tels que l’endogamie, l’homophilie ou les rapports aux valeurs (enquêtes démographiques et sociologiques quantitatives et qualitatives). On montre enfin l’originalité des apports de cet ouvrage collectif, offrant des regards sociologiques à la fois sur des effets de ce cadrage de l’islam en termes de radicalisation et sur les nuances du religieux intensif ou rigoriste « en train de se faire ». Les deux parties de l’ouvrage et les sept chapitres sont présentés et argumentés.

1ère PARTIE: VOUS AVEZ DIT SÉPARATISME ?

« Prévention de la radicalisation et valeurs de la République dans le travail éducatif et social », Bruno Michon

Ce chapitre s’appuie sur une enquête de trois ans de terrain auprès d’acteurs du travail éducatif et social. À partir de différentes techniques d’observation et d’entretien, l’auteur propose une analyse de la politique publique de prévention et de lutte contre la radicalisation et de ses effets sur les acteurs du travail éducatif et social. L’auteur propose dans un premier temps une analyse diachronique de l’évolution de la politique publique de 2015 à 2021 en examinant la manière dont les professionnels du champ éducatif et social y sont mobilisés. Dans un second temps, les effets de cette mobilisation sont analysés à partir d’une sociologie des professions éducatives et sociales. L’auteur démontre que la focalisation sur l’islam et l’éloignement progressif de la mobilisation de la violence radicale vers une attention aux religiosités musulmanes provoquent une transformation en profondeur de l’identité des professionnels de ce secteur.

« La radicalisation et le séparatisme au prisme de l’internet musulman », Coline Lutz et Anne-Sophie Lamine

Ce chapitre s’appuie sur une analyse de l’internet musulman. À partir d’une enquête sur une vingtaine de sites et de chaines YouTube, les auteures analysent la manière dont les thématiques de la prévention de la radicalisation et du séparatisme sont traitées depuis 2015. On observe trois types de positions. Une première catégorie, de type salafiste, fait peu assez de place à ces thématiques, si ce n’est pour dénoncer l’usage de la violence. Une deuxième catégorie, de type engagé, non salafiste, pouvant présenter divers degrés de rigorisme, donne une place significative à ces deux thématiques. Elle insiste sur les effets collatéraux des mesures de lutte contre la radicalisation sur les musulmans et dénonce les usages politiques de la catégorie de séparatisme. Ces positions engagées d’acteurs musulmans visibles ne s’appuient cependant pas sur leur identité religieuse, mais sur des arguments séculiers : droits humains, égalité, justice et citoyenneté. Enfin, une troisième catégorie de sites ou d’acteurs, tout en s’appuyant aussi sur l’égalité, la citoyenneté et les droits humains, propose un traitement plus descriptif et plus pluraliste de ces deux thématiques, notamment en donnant la parole à diverses sensibilités musulmanes ainsi qu’à des acteurs non musulmans.

« L’instruction à domicile, un signe de radicalité ? », Iman El Feki et Hanane Karimi

Le 9 décembre 2020, le ministre de l’Intérieur et la ministre déléguée chargée de la citoyenneté présentent un projet de loi « visant à lutter contre le séparatisme et les atteintes à la citoyenneté ». L’article 21 (devenu 49) de ce texte pose le principe d’obligation de scolarisation de tous les enfants de 3 à 16 ans, rendant l’instruction en famille (IEF) exceptionnelle alors que jusqu’alors seule l’instruction, menée en famille ou à l’école, était obligatoire. En effet, dès 2017, l’État établit un lien entre l’instruction en famille et la radicalisation que l’on retrouve dans le plan de prévention de la radicalisation. Dès lors, le projet de loi renforce la suspicion pesant sur l’instruction en famille en l’associant aux pratiques associées au séparatisme. L’enquête, menée de 2018 à 2021, offre des résultats bien plus nuancés. Une vingtaine d’entretiens et d’observations ont été effectués auprès de familles pratiquant l’IEF, majoritairement musulmanes, mais aussi, non religieuses. Nous avons questionné les motivations, les ressources et les pratiques de ces familles. D’une part, concernant les familles musulmanes, l’enquête révèle une grande diversité de rapport au religieux, du plus transigeant et pluraliste au plus rigoriste. On découvre aussi que des ressources pédagogiques produites par des actrices musulmanes rigoristes peuvent être utilisées de manière critique par des personnes non rigoristes. D’autre part, la politisation de l’instruction en famille a fait évoluer les pratiques des familles qui adoptent de nouvelles stratégies face au contrôle plus contraignant de l’État.

« Ce que la prévention de la radicalisation fait aux élèves musulmans », Claire Donnet et Iman El Feki

Les élèves musulmans sont au centre de la politique de signalement pour radicalisation, mais aussi pour atteinte à la laïcité. Une enquête auprès d’une vingtaine de collégiens et lycéens musulmans a permis de poser les bases d’une méthodologie originale pour avoir accès à la parole de ces adolescents. Les résultats de l’enquête sont certes à nuancer en fonction des établissements fréquentés. Cependant, l’école est un lieu d’interaction spécifique, régi par un type d’application de la laïcité qui tend à interdire toute expression des religiosités, considérées comme source de conflits. Si le rôle de l’école pour prévenir le risque de radicalisation, comprise comme une manipulation mentale, est parfaitement accepté, les critères utilisés pour la détecter sont vécus comme une stigmatisation des musulmans pratiquants et une remise en cause de leur éducation familiale. En outre, la politique de prévention exacerbe la censure des élèves sur un bon nombre de sujets (la politique étrangère, le darwinisme, la religion, etc.) et fonctionne comme une entrave aux relations éducatives.

 

2nde PARTIE: VARIATION DES INTENSITÉS RELIGIEUSES

« Radicalités numériques. Imaginaires et formes de la persuasion dans les vidéos de recrutement djihadistes », Cécile Boëx

À partir d’un corpus constitué de vidéos produites entre 2012 et 2018 par l’Organisation État Islami­que et par le groupe média 19HH créé par Omar Omsen, cette contribution examine les récits, les images et les émotions mobilisés pour attirer de nouvelles recrues en Syrie au cours de cette même période. Sans prétendre que les vidéos jouent un rôle clé dans les parcours d’engagements radicaux, il s’agira plutôt de saisir les multiples grammaires de la propagande audiovisuelle djihadiste et les manières dont ces différents acteurs se représentent et façonnent leurs visions du monde avec leurs normes, leurs valeurs, leurs rapports au religieux et au politique. Une attention particulière sera portée aux thématiques récurrentes de ces vidéos : le choc moral et la conversion au djihad, la nécessité de la hijra et la représentation de « l’ailleurs » ainsi que la désignation des « ennemis » et la déréalisation du combat.

« “On en prend, on en laisse”, des multiples usages de l’internet musulman », Mélodie Foubert

Une enquête qualitative menée auprès d’une vingtaine de jeunes musulmans (18-29 ans) d’origine, de statuts et de milieux sociaux diversifiés permet d’explorer les usages de l’internet musulman (sites, chaînes YouTube de prédicateurs, réseaux sociaux). Elle montre comment les controverses qui ont lieu dans l’espace public se répercutent sur le net et conditionnent les pratiques virtuelles des jeunes enquêtés. Ces derniers y trouvent diverses possibilités d’expression religieuse ainsi que des ressources en termes de recherches d’informations concernant des pratiques, des avis ou des textes religieux.

L’enquête dévoile aussi une grande variété dans le rapport aux ressources offertes, ainsi qu’une très fréquente mise en question de leur pertinence s’alliant à la pratique de recouper les sources d’information. Un des résultats les plus intéressants est cette attitude critique et sélective très souvent constatée, y compris chez les jeunes musulmans les plus orthodoxes dans leur rapport à la religion.

« Religion visible, rigorisme ou radicalité ? Décrire les intensités religieuses », Anne-Sophie Lamine

Ce chapitre s’appuie sur les matériaux d’une enquête sur l’islam en ligne (sites et chaînes vidéo). Il propose une analyse des formes de rigorisme religieux, en étant attentif à leurs évolutions. Il défend la pertinence des notions de transigeance et d’intransigeance, pour qualifier la diversité des positions. Il montre la nécessité d’être attentif à trois types de rapports : à l’altérité, à la référence religieuse et à la société, afin de discerner la radicalité du rigorisme ou le rigorisme de l’orthodoxie, et de nuancer ces catégories par leur rapport au pluralisme. Si cette étude confirme le succès d’une offre rigoriste, elle montre aussi que la chute de son influence sous le double effet de la disqualification du salafisme et de l’aspiration à une religiosité plus souple. Une fraction significative des prédicateurs, notamment tous ceux qui ont le plus de succès, ont en effet effectué un parcours de sortie du rigorisme et s’en expliquent. Leur popularité élevée et en croissance continue suggère une sortie de la quasi-hégémonie de la référence rigoriste (librairies, sites saoudiens traduits en français). En outre, l’étude du rapport à la pluralité interne documente des positions d’« orthodoxie pluraliste ». Enfin, la position contestataire s’avère le plus souvent sociale, notamment antiraciste ou anticapitaliste. Elle s’appuie sur des arguments séculiers, tels que la Constitution ou les droits humains, et non religieux.

 

Conclusion.

Distinguer les formes d’intensités, pour prévenir (aussi) la polarisation sociale, Anne-Sophie Lamine

En conclusion, nous soulignons la nécessité d’une vision plus complexe du religieux. L’inculture sur le religieux, que nous partageons avec d’autres pays européens, ne facilite pas le traitement de la question des intensités religieuses. Ce savoir devrait être plus largement diffusé et surtout inclure une dimension anthropologique, qui est souvent omise. En effet, le religieux est avant tout une expérience vécue, certes de manières très diverses. Alors que l’on commence à prendre en compte la dimension émotionnelle de ce à quoi les gens tiennent dans le domaine de la nature ou du patrimoine, une approche du religieux, aussi critique soit-elle, doit aussi, pour être complète, prendre aussi en compte cette dimension d’attachement (à des pratiques, à des symboles, à un héritage culturel). La compréhension des diverses formes d’intensité religieuse (ici celles de musulmans, mais cette approche est évidemment applicable à d’autres groupes) nécessite de se doter d’outils aisément accessibles, aussi bien pour la description et l’analyse que pour la pratique professionnelle. À défaut de cette distinction, l’action peut se tromper de cible, voire s’avérer contre-productive. La confusion et l’assignation qui en résultent produisent des effets, certes non souhaités, mais réels. Outre la contribution à une image négative et à des discriminations, ces effets incluent, pour une partie des personnes concernées, un renforcement du processus de polarisation sociale. Et comme on le sait, cette polarisation peut être un terreau favorable aux radicalités. Mieux comprendre, mieux distinguer, permet d’agir avec plus d’efficacité pour prévenir les dérives radicales tout en minimisant les effets collatéraux et non souhaités de cette prévention.


Présentation des auteur·rice·s

Les auteur·rice·s de cet ouvrage sont sociologues et membres de l’équipe du projet de recherche RIGORAL, financé par l’ANR. Certain·e·s depuis le début du projet de recherche : C. Boëx (EHESS Paris, CeSOR, MCF), C. Donnet (Université de Strasbourg, SAGE, Post-doc), A.S. Lamine (Université de Strasbourg, SAGE, PRU) et B. Michon (ESEIS, Strasbourg, Chargé de recherche, MCF associé) d’autre l’ont rejoint en cours : H. Karimi (Université de Strasbourg, DynamE, MCF), ainsi que I. El Feki (Université de Strasbourg, SAGE, doctorante COSPRAD), M. Foubert (doctorante allocataire monitrice, Université de Strasbourg, SAGE) et C. Lutz (ingénieure d’étude sur contrat, SAGE) qui ont effectué des stages de master ou des contrats de recherche dans le cadre de ce projet.

Claire DONNET est docteure en sociologie, elle a été postdoctorante et coordinatrice adjointe du projet RIGORAL de 2017 à 2020 ; après une thèse intitulée Des mobilisations autour de la reconnaissance de l’islam en France : étude de la puissance d’agir de sujets musulmans intégralistes, elle a travaillé sur la radicalisation, le désengagement et le rigorisme, notamment du côté de la mise en œuvre de la prévention du côté du travail social. Elle est notamment l’autrice de « Des féminités pieuses et la réitération de l’hétéronormativité », Les Cahiers du genre, 57, 2014 ; « Une mosquée pour exister. Le militantisme de jeunes musulmans strasbourgeois », Archives de Sciences sociales des religions, 162, 2013. « Les signalements pour “risque de radicalisation” dans les établissements scolaires en France, nouvel outil de régulation de l’islam », Déviance et Société, 44/3, 2020.

Iman EL FEKI est titulaire du master de sociologie, parcours « Religions, Sociétés, Espace Public » de l’Université de Strasbourg. Membre de l’équipe RIGORAL, son mémoire de master a porté sur les justifications et les pratiques des familles musulmanes choisissant l’instruction à domicile, sous différentes formes (instruction en famille, cours par correspondance, etc.). Elle a aussi travaillé sur les effets des politiques de signalement pour radicalisation au sein de l’Éducation nationale sur les élèves musulmans, dans le cadre d’un stage de recherche. Lauréate (2019) d’un des cinq contrats doctoraux financés par le COSPRAD, sa thèse porte sur les dispositifs de prévention de la radicalisation au sein de l’administration pénitentiaire (dirigée par A.S. Lamine).

Mélodie FOUBERT est titulaire d’un double master de sociologie ReSEP (Religions, Sociétés et Espace Public) et SSP (Sciences sociales du Politique) de l’Université de Strasbourg. Ses mémoires ont porté sur le scoutisme et la pluralité religieuse puis sur les relations partenariales entre une association musulmane et les acteurs publics. Dans le cadre de ses stages de master, elle a contribué au projet RIGORAL sur le rapport à l’institution scolaire d’adolescents musulmans et sur les usages d’internet de jeunes musulmans (observations, entretiens, transcriptions, analyses). Elle a aussi contribué à l’analyse de sites rigoristes au sein du projet MUSULWEB. Titulaire d’un contrat doctoral de l’Université de Strasbourg (allocataire-monitrice),sa thèse porte sur les engagements sociaux musulmans dans le cadre de la politique de la ville (dirigée par A.S. Lamine).

Hanane KARIMI est sociologue de l’islam et de la laïcité et maîtresse de conférences à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université de Strasbourg. Ses recherches portent sur les femmes musulmanes, le genre et les discriminations (ouvrage à paraître en 2023). Elle a aussi travaillé sur l’internet musulman. Elle participe à plusieurs projets collectifs : RIGORAL, ENCOUNTERS (relations entre juifs et musulmans dans des métropoles européennes) et ACADISCRI (discriminations dans l’enseignement supérieur et la recherche). Elle a été formatrice habilitée par l’Observatoire de la laïcité « Laïcité et valeurs de la République » auprès du Centre National de la Fonction Publique Territoriale. Parmi ses dernières publications : « Des femmes musulmanes entrepreneuses en réseau en France. Faire face aux discriminations multiples », Travail, Genre et sociétés, 44/2, 2020 et «The Hijab and Work: Female entrepreneurship in response to islamophobia», International Journal of Politics, Culture and Society, 31/4, 2018.

Anne-Sophie LAMINE est professeure de sociologie à l’Université de Strasbourg et intervenante dans des formations professionnelles sur le fait religieux et la radicalisation. Ses recherches portent sur la pluralité religieuse, sur l’islam et sur la religion en ligne. Elle s’intéresse à la fois à la religion ordinaire et aux formes de rigorisme et de radicalité et propose une approche sociologique pragmatiste de l’expérience religieuse. Directrice du master de sociologie, et en son sein du parcours « Religions, Sociétés, Espace Public », elle a dirigé le projet RIGORAL. Elle est coordinatrice adjointe (France) du projet international ENCOUNTERS sur les relations entre juifs et musulmans dans les métropoles européennes et dirige un projet de recherche-action sur les sortants de prison avec problématique de radicalité, en collaboration avec la MLRV-DISP. Elle est notamment l’autrice de La cohabitation des dieux. Pluralité religieuse et laïcité, 2004, Identités religieuses et monde commun, 2018, « Religion as Experience. Dialogue with John Dewey » Social Compass, 65/4, 2018, « Identités religieuses, appartenance communautaire et participation sociale », Revue du droit des religions, 10, 2020 et l’éditrice de Quand le religieux fait conflit, 2013.

Coline LUTZ est titulaire du master de sociologie, parcours « Religions, Sociétés, Espace Public » de l’Université de Strasbourg ainsi que d’une licence de droit et d’un Diplôme universitaire de Psychocriminologie (psychopathologie des conduites déviantes et réponses pénales) de l’Université de Bordeaux. Son mémoire de master a porté sur les récits de parcours de radicalisation. Elle est actuellement ingénieure d’études au laboratoire SAGE, contribue à l’organisation de recherches collectives et travaille sur l’internet musulman, notamment sur la thématique du « séparatisme » et du rapport au judaïsme.

Bruno MICHON est sociologue des religions et de la laïcité, il est actuellement chargé de recherche et de développement à l’École supérieure européenne de l’intervention sociale (ESEIS) et maître de conférences associé à l’INSPE de Strasbourg. Ses recherches portent sur les cultures et religiosités adolescentes, sur la laïcité dans le travail éducatif et social et sur les radicalités. Il mène des actions de prévention et de formation sur ces thématiques entre autres avec le réseau Virage dans la région Grand-Est. Parmi ses dernières publications : Que savent les adolescents des religions ? Une enquête sociologique en France et en Allemagne, Postface de Jean Baubérot, Éditions Petra, 2019. « L’intervention sociale face à l’impératif sécuritaire », Pensée plurielle, 41-56, 2020.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jeanne Gaillard (16 mars 2022). Projet d’ouvrage (2) : présentation par chapitre. Religiosités intensives, rigorismes et radicalités. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqwx


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search